Panaït Istrati
Guy de Maupassant
Rainer Maria Rilke
 Hölderlin
Michel Schneider
André  de Richaud
Albert Camus
Gilles Leclerc
Aldo Naouri
David Diop

19 ans !




Accueil > LITTERATURE > Nom d’un chien - Abdellah Baïda

Nom d’un chien - Abdellah Baïda

à El Jadida

mardi 7 juin 2016 par Abdelali Najah

"Nom d’un chien" d’Abdellah Baïda à El Jadida.

L’Institut Français d’El Jadida a organisé une rencontre littéraire avec l’écrivain Abdellah Baïda autour de son nouveau roman intitulé "Nom d’un chien" à la galerie de l’Institut le vendredi 3 juin courant. Cette rencontre littéraire animée avec brio par le professeur Abdelali Errehouni, a eu lieu en présence de M. Damien Heurtebise Directeur de l’Institut Français d’El Jadida, ainsi que celle des fidèles et des habitués des rencontres littéraires de l’Institut.

"Nom d’un chien" (Ed. Marsam, 2016, 192 pages) est un nouveau grand salto qu’effectue Abdellah Baïda pour explorer les limites de la création romanesque, ses coins et ses recoins. Driss Ibn Kalb est le nom du protagoniste de ce roman. Il attend un enfant et décide d’entamer les démarches pour changer ce patronyme lourd des connotations péjoratives : « Kalb/chien ». Il doit toutefois prouver le préjudice. Commence alors une enquête pour bien saisir la place de cet animal et ses représentations autour de lui et ailleurs. Épaulé par sa femme Linda, Driss se bat pour se débarrasser de l’ombre canine qui lui colle à la peau ; il mène ses investigations, en fin limier, pour voir un peu plus clair dans les inextricables rapports qui relient le chien et l’homme. C’est un roman sur la représentation que se fait l’homme de la race canine, sur la transmission de l’héritage et sur le grand pouvoir des mots.

Les questions ontologiques les plus sérieuses sont menées et traitées avec humour, désinvolture et profondeur au gré de situations sublimes et imprévisibles qu’affrontera Driss Ibn Kalb aussi bien au Maroc et en France qu’en Espagne... Un périple aux couleurs d’une quête à rebondissements multiples servie par une écriture sans concession.

En arrière-plan de ce décor romanesque, Abdellah Baïda traite avec rigueur la question fondamentale concernant la position de l’écrivain magrébin d’expression française face à la tradition. Partant du mot « Ibn Kalb » et explorant ses origines étymologiques dans la culture arabe, le protagoniste est emmené au travers de la culture occidentale à découvrir un merveilleux imaginaire collectif culturel et artistique sur la race canine. Le nouveau salto s’ouvre par conséquent sur une pensée s’articulant sur un débat d’actualité qui concerne la littérature maghrébine de langue française, à savoir la question de l’identité et de la différence dans cette littérature. Il est ainsi partagé, d’après les dires d’Abdelkébir Khatibi, entre une « identité aveugle » et une « identité sauvage », dans un jeu de dédoublement identitaire, la culture occidentale étant elle-même hantée par la question de l’identité et la différence. Ceci dit, il est important de signaler que le projet final de Driss Ibn Kalb est de « décoloniser » son identité contre l’illusion de sa clôture, et d’ouvrir ainsi la voie à une identité plurielle.



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL