En collaboration dU0 et du collecti,f avec (...)" />
Amélie Nothomb
Franck Bouysse
Tristan Corbière
Dido Sotiriou
Daniel Cohen
François Cheng
Jacques Ferrandez
Jorge Semprun
Chantal Robillard
 Nimrod

20 ans !




Accueil > L’ATELIER > Le Tournoi(ement) FEMINA des poétesse

Le Tournoi(ement) FEMINA des poétesse
jeudi 28 avril 2016 par Fanny Così

Pour imprimer


En collaboration dU0 et du collecti,f avec le salon du livre de La Roch£lle / Face

-année 2010-

Le Tournoi(ement) FEMINA des poétesses : Miroir (et non mirage) d’une création crainte &et tant aimée

Prenant naissance en 1901, la revue FEMINA (à l’instar de la revue La vie heureuse destinée précisément à la vertu d’un lectorat bourgeois) consacre la poésie. En ses commencements ornementaux si ce n’est ornementaliste,s elle jouit d’une fulgurance à nulle autre pareil par la grâce notamment du concours lancé par le périodique en l’an 1903 réservé aux femmes et ciblé sur le féminin // non privé(e du masculin.

Janvier 1903 est la date à retenir.

Le tournoi poétique remporte un tel succès (avant tout, d’estime) qu’il fait des (é)mules et c’est un succès sur toute la ligne qui se solde.. . par une grande fête.

Après une longue attente ponctuée de souffrance et au combien… ! d’humiliation, le relégué rang de « seconde zone » les femmes = et c’est assez remarquable //digne pour être souligné =y obtient enfin ! par la force du poignet ~>gain de cause et LA PAR0LE (une parole non déformée en transitant comme « passage obligé » par l’homme, nous voulons dire).

Supplantant les « musa » (ainsi qu’on les renommait) « plaintives du romantisme » , une expression plus hardie du corps et de sa sensualité est mise en avant &s’est inscrite magnifiée par (l’] exemple de Renée Vivien. Elle n’est pas sans ouvrir les clés/ s’offrir des tas de permissions.

Les exigences, c’est une donnée de fait ,du jury y sont toujours les plus nombreuses mais les critiques masculines y sont retombées et pourra-t-on dire sans défaillance : tombé(ees) en désuétude.

Hélène Picard, la bien nommée, y est LAUREAT/E du concours de 1904, déjà primée un an auparavant et surtout représentative de cette impulsyon (bonne pulsion) en l’occurrence :

L’académie française couronne en 1907 son ouvrage de Dame : l’Instant €ternel, nouvelle célébration [] en un sens, amoureuse choisie par… les femmes !

Dernière réserve : il faut attendre l’année bénie, l’année folle 1920, et les sortilèges d’une Colette, la plus grande qui soit, l’écrivaine Sidonie-Gabrielle pour sortir du cocon si ce n’est du carcan pour enfin (re)naître en soi-même en une élégie … d’infinies poétesses .





Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL