Jérôme Garcin
Fraj Ben Romdhane
Toni Morrison
Yves Clavaron
Lionel-Edouard Martin
Julia Deck
Noam Chomsky
René Char
Gazmend Kapllani
Amélie Nothomb

19 ans !




Accueil > Ecrivains > Une identité à fleur de peau. Ma page Facebook - Mohammed Ennaji

Une identité à fleur de peau. Ma page Facebook - Mohammed Ennaji
samedi 2 avril 2016 par Abdelali Najah

L’Institut français d’El Jadida a organisé une rencontre littéraire avec l’écrivain Mohammed Ennaji autour de son dernier essai intitulé « « Une identité à fleur de peau » à la médiathèque Driss Chraïbi de L’institut le 25 mars courant.
Cette rencontre littéraire qui a été animée par le professeur Abdelali Errehouni, a vu la présence de Mr. Damien Heurtebise directeur l’Institut français d’El Jadida, ainsi que les écoliers et les habitués de L’Institut.

L’écrivain Mohammed Ennaji a mis en exergue son itinéraire culturel marqué, de prime abord, par l’obtention de son doctorat en sciences économiques, et principalement par la rencontre décisive du sociologue marocain Paul Pascon, fondateur de la sociologie rurale au Maroc. Cette rencontre scientifique a constitué un détour dans la vocation de Mohammed Ennaji qui va se pencher vers l’histoire sociale de la paysannerie au Maroc et plus précisément, de La zaouia d’Iligh à Tazeroualt.

Les études menées sur le terrain vont aussi orienter le penchant de Mohammed Ennaji vers les archives familiales à la maison d’Iligh et la Bibliothèque Nationale du Royaume de Maroc, investissant ainsi des domaines jusque-là méconnus, tel l’esclavage dont il est l’un des premiers à parler dans le monde musulman, l’influence marxiste Pasconienne oblige. D’où, son livre « Soldats, domestiques et concubines. L’esclavage au Maroc au XIXe siècle ».
Mohammed Ennaji va aborder ensuite dans son livre « Le Sujet et le mamlouk », préfacé par Régis Debray, le problème du pouvoir dans les sociétés traditionelles, interpellant la nature et les fondements du lien d’autorité dans le monde arabe, ainsi que le pouvoir quasi absolu des chefs d’État dans les différents régimes politiques.

Dans son roman historique intitulé « Le fils du Prophète », Mohammed Ennaji fait appel à la fiction, qui y serait au secours du réel, afin de transgresser le dogme de l’Islam sur l’adoption, thème qui reste encore actuel. « Le religieux joue le rôle d’infrastructure dans le monde musulman », conclut Mohammed Ennaji.

En publiant ses réflexions personnelles sur l’actualité sur FB, Mohammed Ennaji va être emmené à parler de son nouveau livre « Une identité à fleur de peau » qui aborde les questions de l’islam, de l’islamisme, de la politique, de l’occident, de la culture, de la femme, de la langue…des textes, analytiques ou romanesques, qui répondent à des événements actuels qui secouent, de près ou de loin, le monde arabe. L’identité conçue non comme concept philosophique mais comme réflexion intérieure, est la question majeure du livre. "C’est en regroupant et en relisant ces textes rédigés au gré des soubresauts de l’actualité et du hasard des contextes, que je pris conscience de leur unité profonde d’une part, malgré les thématiques apparemment différentes auxquelles ils se rapportent, et, d’autre part, à quel point la question de l’identité les traverse quasiment de bout en bout", explique Mohammed Ennaji.


Mohammed Ennaji :

Historien et économiste, écrivain, Mohammed Ennaji est docteur en sciences économiques et professeur à l’Université Mohammed V à Rabat. Auteur de nombreux livres, dont certains sont traduits en arabe, espagnol et en anglais, il s’impose aujourd’hui en autorité internationale dans ses domaines de recherche. La traduction de son dernier livre « le sujet et le mamelouk » est éditée par Cambridge University Press.
Chroniqueur, acteur culturel de premier plan, il a été codirecteur de la Fondation des Trois Cultures à Séville et fondateur de nombreux événements culturels. Auteur novateur, allant au cœur du questionnement sur la modernité, il montre avec lucidité et courage combien la culture arabe est en mesure d’aborder sans complexes les défis qui s’imposent à elle.


Bibliographie sélective :

Paul Pascon et Mohammed Ennaji, « Les paysans sans terre au Maroc ». Editions Toubkal, 1986.

Mohammed Ennaji, « Soldats, domestiques et concubines. L’esclavage au Maroc au XIXe siècle ». Balland - janvier 1994.

Mohammed Ennaji, « Le sujet et le mamelouk. Esclavage, pouvoir et religion dans le monde arabe ». (Préface de Régis Debray) Essai - Mille et une Nuits - octobre 2007.

Mohammed Ennaji, « Les beaux noms de Dieu ». Essai - La Croisee Des Chemins - octobre 2014.

Mohammed Ennaji, « Une identité à fleur de peau. Ma page Facebook ». Essai- La Croisée Des Chemins - novembre 2015.

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL