Amélie Nothomb
Franck Bouysse
Tristan Corbière
Dido Sotiriou
Daniel Cohen
François Cheng
Jacques Ferrandez
Jorge Semprun
Chantal Robillard
 Nimrod

20 ans !




Accueil > LITTERATURE > L’Enfer de Verdun - Félicien Champsaur

L’Enfer de Verdun - Félicien Champsaur
lundi 8 décembre 2014 par penvins

Pour imprimer


Quand la guerre est installée, impossible de revenir en arrière, c’est ce qui s’impose ici à Félicien Champsaur, une loi de la psychologie humaine qui interdit de passer par pertes et profits les sacrifices accomplis. Novembre 1916, avec d’autres, il est invité par le commandement militaire – qui vient de reprendre aux Allemands les forts de Douaumont et de Vaux - à visiter le front de Verdun, manière de faire savoir à la société civile que les efforts de nos soldats n’ont pas été vains. Sans doute, est-il pris dans ce piège de la propagande, toutefois on se serait attendu de sa part à plus de sens critique, il n’en sera rien, tout au contraire, le journaliste qu’il est semble servir les desseins du général qui l’a invité, s’il décrit toute l’horreur de cette guerre, il louange abondamment le savoir-faire du général Nivelle, son intuition des offensives éclairs longtemps préparées.

Malgré le travail d’écriture qui parfois emporte le journaliste hors du réel, du côté du fantastique et du mythologique, malgré aussi ces descriptions insistantes de l’univers boueux non seulement des tranchées, mais de tout le paysage du front, à cause peut-être de cette complaisance à dire l’omniprésence de la boue, on garde l’impression d’un regard extérieur animé du désir de dire à la société civile que cette guerre-là si horrible qu’elle soit était non seulement nécessaire, mais qu’elle était la condition de la paix future.
Champsaur ne parle pas encore de la der des der mais il invoque déjà la construction des Etats-Unis d’Europe. Si la guerre a pu servir à cela, elle aura donc été utile, il faut vaincre l’Allemagne parce qu’elle est un pays impérialiste :

Alors, qui déchaîna les puissances du Mal ? Qui donc ? Wilhem II, le Kaiser abhorré, monstrueux et retardataire,

[...]

Il faut que s’oppose, triomphalement, au rêve monstrueux de l’impérialisme allemand, aux ambitions batraciennes de la Prusse autocrate, l’alliance sacrée, durable et féconde, des démocraties.

A côté de cette soumission aux nécessités de la guerre sacrée, cette guerre qu’il est venu découvrir et qui le fascine : Je suis venu ici, voir de près la Guerre, et je « la » regarde goulûment. Champsaur fait ressortir l’humain : conflit de civilisation humaine et de barbarie germanique dira-t-il, à côté de la Guerre décidée par un Kaiser absolu, il y a les soldats qui se regardent sans haine. Ce sont tous des victimes des orages d’en haut [...]

Avec ce petit texte, préface à L’Assassin innombrable ainsi que Champsaur désigne Guillaume II, l’auteur de l’Enfer de Verdun dit toute l’ambiguïté des rapports entre la société civile et son armée qu’elle vénère, dont elle espère la victoire et dont elle ne veut pas voir l’horreur du quotidien. Champsaur la voit, lui, il comprend que les soldats ne sont que de la chair à canon, la bataille nécessitant une gigantesque préparation dans les usines. Le résultat ne [venant] plus d’une manoeuvre habile, mais de la masse supérieure d’explosifs déversés sur un secteur adverse, déterminé. Et si, bien entendu, l’analyse est pertinente, elle vient en appui de la tactique pratiquée par Nivelle ce qui renforce l’admiration du journaliste pour son hôte et ne lui permet sans doute pas de mettre en cause ceux qui tirent les ficelles de cette monstrueuse bataille industrielle.

Une fois de plus Le Vampire Actif aura déniché un texte qui ne peut laisser indifférent !



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL