André  de Richaud
Albert Camus
Gilles Leclerc
Aldo Naouri
David Diop
Amos Oz
Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul
Pablo Neruda
Franck Bouysse

18 ans !




Accueil > BEAUX-ARTS > Jackie Macha, "Collages", Le Musée Privé, Paris.

Jackie Macha, "Collages", Le Musée Privé, Paris.
mardi 7 janvier 2014 par Jean-Paul Gavard-Perret

Portrait de l’artiste en collagiste océane

Jackie Macha, "Collages", Le Musée Privé, Paris.

Assurée dans sa féminité (Jackie est une feinte d’androgynie…) Macha à travers ses collages ne promet jamais rien : elle fait mieux : elle donne tout à l’instant "t" qui entre en éternité là où l’image permet de déguster la vie comme une glace aux framboises fondantes. La créatrice regarde l’absence comme présence à travers les rudiments d’images qu’elles recomposent. D’épaves ils deviennent des bois flottés au parfum Bourjeois avec un J comme Joie. Dans leur sillon : le cœur. Un cœur lieur d’émotions dont la main de l’artiste devient l’organe.

A travers de tels collages le monde retrouve sa réalité de légende. On y cherche des traces, des sensations pour habiller le vide ambiant. De l’éphémère du passé Jackie Macha fait un brasier : les corps deviennent des fruits imprévisibles. Ils sortent de la nuit, s’accrochent à la lumière. Il y a là parfois une île tropicale, une villa coloniale, un lit du bois le plus rare des forêts de Martinique, ocellé des fleurs fossiles des lianes afin que le temps vagisse dans un havre où le désir gémit.

L’artiste fait l’image comme se fait l’amour. Chacune est unique. Sans fin l’artiste réinvente des "prises" originales. Elle lance un lieu, un espace où plonger, se perdre et se retrouver. Le collage devient la chimère de l’homme ou peut-être sa vérité. Mais le mâle veut-il la connaître ? Souvent il pense si peu avec sa tête, glisse dans la facilité ou à l’inverse tire trop de plans sur la comète. Il oublie le présent, le présent habité que l’artiste lui met sous les yeux, sur le cœur en une suite d’arpèges visuels et un tourbillon de mots en insert.

D’une femme d’ailleurs, d’une inconnue, d’une effacée de la fresque commune, d’une disparue Jackie Macha sublime un nouvel horizon, un conte de fraîcheur, une abîme et une assomption. Le temps de l’amour ouvre un dernier mot : la chair émue s’y prolonge. Tumulte intime, étreintes des fragments. Entre deux mondes une lumière monte : la colle coule au revers d’un corps pour le tirer de l’oubli. Soupirs, que soupirs.

Chaque collage est donc une avancée contre l’obscur, la présence d’un nouveau flux face à l’opacité des êtres et du monde. Des dessous chics sont tendus sur un ventre, des phrases d’autrefois y flottent en autant d’odalisques orphelines. Les corps dont la rencontre était improbable se consument tendrement hors du temps, hors de toute substance en une fébrile permanence. Les émotions clandestines se perchent en des montages magiques. Il y a la peur et le désir qui fertilisent l’œil à divers destins. Écho au creux de l’écho, reflet au reflet de l’eau de l’océan qui jouxte l’atelier de l’artiste. Le temps s’enroule en écharpe vaporeuse pour éclater et ruisseler d’encore. L’artiste y fait des vagues, on en savoure l’écume rêvant de s’y noyer.

Jean-Paul Gavard-Perret


Aphorismes pour les collages de Jackie Macha

Se jetant dans un collage Jackie Macha jette de l’huile sur un sacré feu

Comprendre un collage de Macha c’est en devenir son hôte

Le collage fait du regardeur le rêveur insomniaque

Dans les collages de Jackie les images se font abstraites, les mots concrets et nus.

La femme romantique rêve d’un collage à l’eau de rose

Quand le désert est dans un collage son sable est émouvant

Le soleil se couche parfois dans un collage

Les collages de Jackie sont des manteaux de vision.

Reste dans le collage une nostalgie mais sans mélancolie. Jackie est Macha - pas Kennedy.

Le fixateur du collage a un sperme très odorant.

Dans certains collages des femmes maigres comme un clou rendent les hommes marteaux.

Le collage aime l’amour : qu’a-t-il à espérer des hommes ?

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL