Jérôme Garcin
Fraj Ben Romdhane
Toni Morrison
Yves Clavaron
Lionel-Edouard Martin
Julia Deck
Noam Chomsky
René Char
Gazmend Kapllani
Amélie Nothomb

19 ans !




Accueil > Ecrivains > Fabienne Kanor, romancière aux arômes martiniquais.

Fabienne Kanor, romancière aux arômes martiniquais.
jeudi 18 avril 2013 par Abdelali Najah

Fabienne kanor poursuit sans relâche et avec un acharnement incessant, sa requête pour une mémoire encrée dans le fin fond des savanes désertiques de sa terre natale, une mémoire tatouée par une histoire mi-réelle et mi-fictionnelle où le mot d’ordre prédominant est le désenchaînement d’un fardeau pesant et plein d’amertume à savoir le corps esclavagé de par sa couleur comme péché originel, et qui a emmenée ses ancêtres à être déportés et expatriés, voire déracinés et désenclavés dans un monde au milieu de nulle part. Cette question anthologique prédomine l’écriture chez Kanor qui essaie en vain de chercher une écriture plurielle rêvant de son corps en mots pourpres, mais son monde clos et enchainé acclame toujours un « en-vie » d’envol dans les ténèbres des cieux grisâtres et brumeux dont les dieux d’antan sont ensorcelés par le chant fabuleux d’une sirène égarée, et un désir incessant d’embraser une gamme insolite dont les tons vibrent aux rythmes d’une momie dépouillé au bonheur d’un bûcher.

Pour ce faire, Kanor conte d’une voix sereine et hantée de mille et une histoire, le cheminement fructueux et les rouages laborieux d’une fiction fragmentée et issue d’une terre aride, poussiéreuse et dont les tons sonnent les blessures d’une couleur propre. Des mots aigus et des verbes accentués coexistent à merveille dans une symphonie composée au féminin, mais la parole reste toujours figée sur un horizon bleuâtre où des hirondelles chantent le plat pays et des chardons pointillent de toutes les couleurs les murailles ocres d’une Cité abandonnée dans le seuil de l’oubli.

Jacques Derrida disait qu’encore maintenant, et plus que jamais, plus désespérément que jamais, il rêve d’une écriture qui ne serait ni philosophie ni littérature, pas même contaminée par l’une ou l’autre, tout en gardant, il n’a aucun désir d’y renoncer, la mémoire de la littérature et de la philosophie.

Originaire de Martinique, Fabienne kanor grandit en France métropolitaine. Installée à Paris, elle y exerce son métier de journaliste. Mais, elle décide de tout quitter pour s’établir à Saint-Louis au Sénégal. Retrouvant ses racines africaines, elle se lance dans l’écriture (D’eaux douces, 2004).
De retour à Paris, elle retrouve sa sœur, Véronique, avec laquelle elle réalise La Noiraude, trois courts-métrages qui relatent les interrogations et la quête identitaire de Marlène.
En 2007, elle publie Humus, lauréat du Prix RFO et Les chiens ne font pas des chats (2008).

Cursus universitaire
DESS de Communication écrite option Sémiologie et Edition - Paris

DEA de Littératures comparées - Paris

Maîtrise de Lettres modernes - Tours

Licence de sociolinguistique - Tours

Licence de Lettres modernes - Orléans

DEUG de Lettres modernes - Orléans

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL