François Cheng
Jacques Ferrandez
Jorge Semprun
Chantal Robillard
 Nimrod
Georges-André Quiniou
Philippe Sollers
Luc Blanvillain
Arundhati Roy
Jorge Luis Borges

20 ans !




Accueil > Ecrivains > Roger Caillois : un autre centenaire à célébrer

Roger Caillois : un autre centenaire à célébrer
samedi 6 avril 2013 par Jacques Lucchesi

Pour imprimer


Alors que la France entière s’apprête à célébrer le centenaire de la naissance d’Albert Camus, il ne faudrait pas oublier que d’autres écrivains, d’autres personnalités intellectuelles d’envergure sont nées aussi en 1913. Parmi elles, il y a certainement Roger Caillois, essayiste, poète, traducteur, auteur d’une œuvre parmi les plus originales et les plus complexes du XXeme siècle. Il naquît à Reims le 3 mars 1913 – répétition du nombre 3 qui lui semblait être un augure. C’est d’ailleurs dans sa ville natale qu’il fît, très tôt, ses débuts en littérature, collaborant au « Grand jeu », la revue de René Daumal et de Roger-Gilbert Lecomte. A Paris où il vint poursuivre ses études, il fréquenta vite le groupe des surréalistes. Mais sa dispute avec André Breton puis sa rencontre avec Georges Bataille (lui-même dissident surréaliste) et la fondation, en 1938, du Collège de Sociologie, devaient l’orienter vers des recherches plus philosophiques. En 1939, avec la complicité de la mécène argentine Victoria Ocampo, Caillois s’embarque pour Buenos-Aires. Il y passera la durée de la guerre – ce que d’aucuns ne manqueront pas de lui reprocher par la suite. Ces années d’exil, il les mettra à profit pour se familiariser avec la littérature sud-américaine, en particulier avec l’œuvre de Jorge-Luis Borges dont il deviendra l’un des principaux traducteurs français. De retour en France, il entre au comité des éditions Gallimard, où il dirigera la collection « La croix du sud » parallèlement à son emploi de fonctionnaire à l’UNESCO. Ces années d’après-guerre vont être, pour lui, d’une très grande fécondité. Esprit curieux de tout, Caillois fait sienne la notion de transversalité, portant sa réflexion sur la littérature (« Babel », « Vocabulaire esthétique ») comme sur les sciences humaines (« Les jeux et les hommes »), voire les sciences pures (« Cases d’un échiquier »). C’est aussi un collectionneur passionné de formes naturelles, animales et minérales. Dilection qui débouchera sur un beau recueil de proses poétiques (« Pierres ») et lui fera jeter les bases d’une « esthétique généralisée » (in « Cohérences aventureuses »). Elu à l’Académie Française – au fauteuil 3 – en 1971, il meurt à Paris, miné par la maladie et l’alcool, le 21 décembre 1978 – un autre multiple de 3.

L’intelligentsia française d’aujourd’hui aurait, je crois, tout intérêt à puiser aux leçons de ce grand styliste. Et à favoriser, auprès d’un nouveau public, la découverte d’une œuvre qui reste l’une des plus fertiles et des plus étonnantes de notre littérature.

Jacques LUCCHESI

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Messages

  • Heureux de voir que vous avez consacré un intéressant texte à cet auteur prolifique et coloré que fut Roger Caillois, dont le fait que son oeuvre soit très diversifiée explique peut-être le moindre intérêt actuel, alors que sa contribution aux lettres fut énorme en matière de littérature et d’art fantastiques, de poésie, d’analyse des mythes et de théorie des jeux. Comme vous je m’étonne "du silence" qui entoure le centenaire de sa naissance et espère qu’il lui soit rendu un hommage fortement mérité.
    A.G.
    auteur de
    Roger Caillois. Des mythes aux collections.
    Ed. Classiques Garnier, Paris, février 2013.

    Voir en ligne : Roger Caillois. Des mythes aux collections

    • Bonjour Axel

      Je découvre votre intéressant message tardivement et m’en excuse.Ainsi, vous avez, vous aussi, consacré un ouvrage à Caillois : chapeau ! Personnellement, je crois que le silence entourant le centenaire de sa naissance est significatif de l’inculture grandissante de notre époque. Les valeurs que portait Caillois, cette exigence tant de pensée que de style, ne sont plus celles de notre littérature, où domine le cri et l’à-peu-près. Heureusement que le Net ménage quelques oasis, comme ce site, qui permettent de prendre un peu de recul par rapport à "l’esprit du temps".
      Cordialement
      J L

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL