André  de Richaud
Albert Camus
Gilles Leclerc
Aldo Naouri
David Diop
Amos Oz
Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul
Pablo Neruda
Franck Bouysse

18 ans !




Accueil > BEAUX-ARTS > Les Montages de Thomas Levy-Lasne

Les Montages de Thomas Levy-Lasne
jeudi 12 juillet 2012 par Jean-Paul Gavard-Perret

LES MONTAGES DE THOMAS LEVY-LASNE

A la fois narrative et impressionniste, hyperréaliste et paradoxalement sortant des contingences, la peinture de Thomas Levy Lasne est marquée du goût de la précision. Pour lui, les modèles quittent la situation d’objet pour devenir sujet afin d’inventer une peinture de soi et du monde à travers des portraits paradoxalement « sublimés ». De prime abord photographique la peinture en élimine le côté le plus immédiat qui soit.
Un tel travail reste dans ses sujets et son langage très lié à l’expérience personnelle de l’artiste comme à une vision des formes, des couleurs, de l’imaginaire, au désir de capturer et reproduire encore et toujours cette magie de l’image qui se révèle - comme à la surface de l’eau – sur la peau des êtres. Le créateur saisit les beautés simples de la vie, des instants de grâce éphémère même dans une certaine trivialité. Comme Elina Brotherus (dans un autre genre) pour le jeune artiste le sujet n’a pas besoin d’être sublime afin d’émouvoir. L’essentiel est le temps qui lui est accordé.
Thomas Levy Lasne sait retenir un visage, un fragment de silhouette dans son œuvre. Il note, croque, digère puis oublie. Si bien que chaque œuvre se transforme en un moment poétique. Elle produit chez le spectateur une sorte de rêverie mystérieuse, de songe énigmatique. Un simple accident sur la peau d’un de ses personnages transforme le portrait en paysage.
« Photographiques » ces images sont tout autant des moments d’évasion, de recueillement. Emane une « rêverie » au sens où l’entendait Rousseau. La frontière entre réalité et fiction se brouille. Le film du temps s’altère pour laisser au spectateur un espace de liberté et de rêve là où le corps de la femme est exploré dans, par exemple, tout un jeu de vêtements et selon des fragments où le gros plan brouille jusqu’aux effets de précision.
Rien dans la recherche intuitive de l’artiste, rien n’est laissé au hasard. Il travaille les couleurs, leurs densités et contrastes mais sans excès, juste comme un tireur le ferait sous agrandisseur, mais avec la souplesse, la précision et l’autonomie du peintre.
Par le plus intime, l’artiste touche une généralisation de sa propre expérience. Force est de constater qu’on s’y retrouve. Les émotions livrées par la peinture induisent le partage au sein d’une forme d’hybridation du masculin et du féminin. Se ressent dans cette approche des liens avec les œuvres photographiques d’Elina Brotherus (déjà citée) ou les regards qu’un Rinko Kawauchi porte sur l’enfance ou que Loan Nguyen porte sur la femme.

Mais Thomas Levy Lasne les développe selon un formalisme pictural (au bon sens du terme) qui permet le développement de toute une palette. Les personnages à la fois restent enclos dans leurs rectangles mais en même temps ils « explosent » non sans sensualité froide.
Quant au paysage, le photographe l’ouvre à un autre esprit de compréhension. Le spectateur est confronté à l’espace intérieur et à l’espace extérieur ou plutôt à ce qu’il croit être dedans, à ce qu’il croit être dehors : "être" est donc la réalité commune de ces paysages. L’artiste considère donc de manière très particulière le paysage : en tant que gigantesque engloutissement dans le temps. A l’infini miroir lointain voilé embrumé l’artiste préfère une certaine clôture.
Dans tous las cas un monde s’installe dans un autre là où la peinture ne repose pas forcément sur des accords fixes de couleurs, de plans admis, de clarté. Comme Nathalie Quintane en littérature Thomas Levy Lasne propose des « cavales ». Elles illustrent le passage du plus intime à une sorte de romanesque du quotidien ouvert.

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL