André  de Richaud
Albert Camus
Gilles Leclerc
Aldo Naouri
David Diop
Amos Oz
Mariem Garaali Hadoussa
Jacqueline Lepaul
Pablo Neruda
Franck Bouysse

18 ans !




Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Amandragore - Jacques Canut et Claudine Goux

Amandragore - Jacques Canut et Claudine Goux
jeudi 10 mai 2012 par Jean-Paul Gavard-Perret

DIVINES IDYLLES

Jacques Canut et Claudine Goux, "Amandragore", Editions Gros Textes, Châteauroux Les Alpes, 12 Euros, non paginé.

C’est à l’autre, l’amante pour l’un, le désirant pour l’autre, que s’adressent le poète et l’artiste. Les mots du premier sont de l’ordre de la caresse, de l’écharpe pour les dessins de la seconde. Les deux ont sans doutes des pensées qui ne broutent pas que leur ombre. Ils restent du parti de la lumière, du mouvement libre. Leurs piques de foudre signent un art de vivre aussi charnel qu’ailé.
Fidèle à celui-ci, elle transforme le poème en méditation où elle s’étend non horizontale mais verticale : femme ailée en quelque sorte.

Dans ce livre à quatre mains (pour les caresses mutuelles) les dessins - plus complexes qu’ils paraissent d’emblée - de Claudine Goux répondent aux glissements et engloutissements des textes de Canut. On ne sort pas vierges de tels attouchements. Mais en rien crucifiés. Les "angoisses venues au lit de l’amour" ont tôt fait de s’écailler en diverses évocations de femmes qui parfois explosent "déjà dans les limbes avant que son compagnon ne décolle". Pour autant Canut n’en tire pas de règles générales.

Le cabotinage (au sens marin du terme) est de mise pour divers voyages. Ce que Canut évoque, Claudine Goux le souligne non sans ruse avec un érotisme acidulé, évocateur juste ce qu’il faut. Quand le poète parle de la culotte "Petit Bateau" d’une passante baudelairienne l’artiste ne fait que la suggérer même si elle ne refuse jamais - lorsque cela est judicieux - d’abandonner son trait aux rondeurs nécessaires ;

Le jeu entre les vignettes et les textes est donc incessant pour ce face-à-face, ce mano a mano voluptueux afin que " la clé d’amour chasse les nuages ". Tout cela sans la moindre grivoiserie facile qui viendrait salir la danse de l’amour (nuptial ou illicite) et du hasard. du temps et de la vie.

L’aventure la plus banale et quotidienne se conjugue parfois dans d’édifiantes infidélités. Elle n’est donc là que pour être renouvelée quelle qu’en soit la modalité :

"Avril ramène notre idylle
et les coups de foudre
que nous y avons connus".

Le livre est là simplement pour approcher de " la charnelle érudition " et rappeler qu’"Aimer s’écrit en toutes lèvres " dans le nid des désirs d’où tous les êtres naissent au-dessus de l’abîme. Et c’est dans le retournement du sens que reprennent sans cesse la poésie et le dessin ouverts au soleil du corps que les flammes du plaisir traversent.

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?


©e-litterature.net - ACCUEIL