Philosophe et juriste de formation, Gérard Andrau a fait carrière dans le secteur bancaire avant d’entrer en poésie où il s’évertue selon ses dires à concilier l’érotisme et l’ésotérisme, (...)

|couper{150}|textebrut)" />
Akira Mizubayashi
Emmanuel Ruben
 Virgile
Xavier de Moulins
 Sojourner Truth
Laocratia Lakka
Laurine Roux
Dieudonné Gnammankou
Dany Laferrière
Jean-Jacques Schuhl

22 ans !

Accueil > LITTERATURE > Poésies nocturnes - Gérard Andrau

Poésies nocturnes - Gérard Andrau

Recueil paru aux éditions Persée

jeudi 4 novembre 2021 par Françoise Urban-Menninger

Pour imprimer


"Poète de l’intermittence", tel qu’il se plaît à se définir, Gérard Andrau alterne "de longs silences" avec "ses temps d’inspiration". C’est la nuit que l’auteur compose et tente d’apprivoiser l’art du sonnet "pour exprimer ses émotions".

Philosophe et juriste de formation, Gérard Andrau a fait carrière dans le secteur bancaire avant d’entrer en poésie où il s’évertue selon ses dires à concilier l’érotisme et l’ésotérisme, la tradition et l’actualité, le classicisme et la modernité.
"Météospleen" écrit dans la nuit du 8 au 9 mars 2002 est un sonnet qui illustre parfaitement la quête du poète.

"Que ne suis-je le ciel pour aspirer ton âme
Dans les doux tourbillons de parfums constellés
Que ne suis-je l’enfer pour accueillir ta flamme
La mêler à la mienne en mille anneaux scellés"

Nul doute que le poème trouve sa source dans une alchimie où le désir et la fuite du temps fusionnent dans le creuset des rêves et des quatre éléments.
Gaston Bachelard dans l’analyse de la poésie de Baudelaire affirmait que "la nuit est une menace d’éternité" tout en précisant qu’elle est propice à "l’ambivalence des sentiments" et au "manichéisme des principes". Indéniablement, on retrouve chez Gérard Andrau cette faculté d’éprouver dans le même mouvement des sentiments contraires qui immobilisent le temps !

Dans " Epahata X", l’auteur évoque " la prime matière où se cache l’Esprit" et s’écrie "Retourne sans frémir au lieu de ta naissance", liant ainsi notre finitude et notre origine dans une harmonie préétablie où la rêverie s’apparente à une contemplation tout intérieure.

Gérard Andrau voyage dans notre inconscient collectif, réenchante les mythes, rend hommage à une longue lignée de poètes dont Louise Labé, Charles d’Orléans, Benserade, Vauquelin des Yvetaux...Et loin de nier notre errance "Nous errons au milieu de ces savants piliers", il poursuit sa quête qui est, écrit-il, "sans fin pleine d’incertitudes".

A nous de poursuivre la nôtre, même si "nous pensons l’infini comme des mortels" !

Françoise Urban-Menninger



Livres du même auteur
et autres lectures...



Et si vous restiez avec nous, il y a tant de choses à lire

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL