|couper{150}|textebrut)" />
Akira Mizubayashi
Emmanuel Ruben
 Virgile
Xavier de Moulins
 Sojourner Truth
Laocratia Lakka
Laurine Roux
Dieudonné Gnammankou
Dany Laferrière
Jean-Jacques Schuhl

22 ans !

Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Et moi, je rirai de votre épouvante, Valéry Molet

Et moi, je rirai de votre épouvante, Valéry Molet

Textes poétiques publiés aux éditions Unicités avec des illustrations de Baptiste Carluy

samedi 10 avril 2021 par Françoise Urban-Menninger

Pour imprimer


Ecrivain inclassable, auteur de recueils de poésie, de nouvelles, de romans mais également éditeur du dernier livre de Denise Le Dantec dans sa maison d’édition Sans Escale, Valéry Molet possède le don de surprendre et d’interpeller son lecteur !

Les titres de ses écrits ne manquent pas de nous interroger "La crémation inutile", "Le noeud du pendu", "L’exquise sensation du rejet" sont des invitations subtiles où l’on perçoit cette "ironie douce" que Valéry Molet attribue à Marcel Moreau et à Montaigne qui "me séjournent", avoue-t-il.
Dans ce recueil dédié à S.D "qui se reconnaîtra dans le trouble qu’elle provoque comme si de rien n’était", l’auteur nous parle de l’amour...Mais à l’instar de Marcel Moreau dont il évoque le livre intitulé "Nous amants au bonheur ne croyant...", Valéry Molet reprend l’idée que l’amour ne dure que le temps où cet amour vaut d’être dit...Autrement dit "l’amour n’existe pas, c’est la raison pour laquelle il faut le vivre". Et cependant d’affirmer par ailleurs que "l’amour préexiste à tout" ou encore d’écrire "parfois je suis pris d’une espèce d’hystérie qui me pousse à croire à l’existence de l’amour". Mais Valéry Molet nous a prévenu que Nietzsche lui a "inoculé" "le virus de la contradiction nuancée", alors tout devient possible !
Et l’auteur de revenir à plusieurs reprises sur son canapé de prédilection où il s’essaie à des jeux de mots, seul, "suel" devient "lues", l’esprit parfois perdu dans une déshérence savamment maîtrisée...
La dérision est omniprésente dans ce recueil où Valéry Molet nous incite à lire ou relire Victor Hugo et qualifie, dans le même temps, Léon Bloy d’"anti-génie" tout en lui attribuant "des yeux de boeuf et un cerveau félin". Et toujours de dénoncer, à juste titre, "la cacophonie" dans un monde où, néanmoins, subsistent des oeuvres qui sortent de la médiocrité tel le livre de Malcom Lawry "Au-dessus du volcan" ou encore "Le cercle de craie" de Zemlinsky...Et d’affirmer que "les arts vivants sont déjà morts", en ajoutant que "c’est en nous-mêmes qu’il faudrait rentrer"...
La poésie a-t-elle ce pouvoir, cette force ? Valéry Molet tente d’en donner une définition qui ne peut s’appréhender que par la négative "à l’instar de la mystique rhénane". Et d’approcher la fonction du poète qui "consiste à ne pas comprendre ce qu’il ignore" et de déclarer "c’est un art ironiste" !
Mais comme Valéry Molet nous l’a déjà révélé, il use de "la contradiction nuancée" en nous offrant après-coup une magnifique définition de la poésie qui, écrit-il, n’est autre que de "l’amour qui se penche sur soi-même" et de conclure "la poésie est donc intelligence" car "le poète est étrangement là où il doit être, donc dans cette saveur du non-lieu".
Et c’est bien dans ce "non-lieu" que Valéry Molet écrit que "la poésie n’a qu’une seule fonction : graver dans le coeur humain qu’il n’y a rien de stupide dans tout ce qui est intense".
Car dans ce livre où l’auteur ne manque pas de renvoyer la conscience et l’Histoire à des "placebos ancestraux", voire à des "déambulateurs", le lecteur perçoit cette intensité où l’instant transcende tout concept ou rituel sacralisé car :"On trouve plus de métaphysique sur une plage que dans n’importe quel lieu saint", déclare-t-il
Et de retenir parmi toutes les injonctions celle qu’il adresse à son fils "Mon fils, sois heureux sur la terre", car Valéry Molet nous l’a déjà dit "l’amour préexiste à tout"...Et même si "Les poètes sont seuls à savoir que rien n’existe", écrire, encore écrire, c’est déjà une manière de répondre à la question existentielle que pose l’auteur "Y a- t-il une vie avant la mort ?"

Françoise Urban-Menninger



Livres du même auteur
et autres lectures...



Et si vous restiez avec nous, il y a tant de choses à lire

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL