Sylvia Undata s’aventure dans son livret "Murmures", magnifiquement et délicatement illustré par Claire Urban, à susurrer des "mots de désir" qui irradient et (...)

|couper{150}|textebrut)" />
Akira Mizubayashi
Emmanuel Ruben
 Virgile
Xavier de Moulins
 Sojourner Truth
Laocratia Lakka
Laurine Roux
Dieudonné Gnammankou
Dany Laferrière
Jean-Jacques Schuhl

22 ans !

Accueil > LITTERATURE > Brèves de lecture > Murmures / Galops fous - Sylvia Undata

Murmures / Galops fous - Sylvia Undata

Deux recueils de poésie publiés aux Editions Delatour France

lundi 18 janvier 2021 par Françoise Urban-Menninger

Pour imprimer


Sylvia Undata porte le joli nom d’un oiseau, au sens noble de l’expression, car c’est celui d’une fauvette pitchou, une espèce de passereau devenue rare ! Un vocable de choix pour une auteure qui nous invite à une envolée lumineuse vers "une caverne de feu/ où niche l’oiseau du plaisir".

Sylvia Undata s’aventure dans son livret "Murmures", magnifiquement et délicatement illustré par Claire Urban, à susurrer des "mots de désir" qui irradient et propagent les ondes de leur solarité sous la peau . "Ils se nichent dans chaque pore puis se glissent dans la sueur du soir", écrit-elle.
"Murmures" est un long poème placé sous les signes du feu et du cri qui habitent l’intime : "Tu le sais/ cette peau te brûlera/ d’un feu délicieux et indomptable", annonce-t-elle.
Dès lors les images fulgurent "ton coeur de lave", "la caverne de feu", "la chaleur du souffle" mais comme l’explique Gaston Bachelard dans "La psychanalyse du feu", "avoir conscience de brûler, c’est se refroidir" et d’ajouter qu’il est "impossible d’échapper à cette dialectique".
Dans "Galops fous", sous-titré "du désir et du manque", Sylvia Undata reprend les métaphores liées à la brûlure : "Tatouage de feu", "Un désir pourpre", "L’oeil du soleil", "l’âtre de mon être", mais Gaston Bachelard nous l’affirmait "les complexes liés aux feu sont des complexes douloureux". L’auteure n’échappe pas à cette règle quand elle évoque "le cœur de l’homme glacé et mort" ou encore "la morsure du plaisir" !
Nul doute que c’est dans cette dialectique que Sylvia Undata se donne au feu du plaisir qui tout à la fois la brûle et la consume. L’être dans cet âtre y rencontre son entité, c’est le lieu où naît le poème qui n’est autre que le cri jailli des profondeurs de cet "obscur" dont parlait Henri Meschonnic..
Avec ces deux recueils, Sylvia Undata nous octroie la grâce d’une musique éblouissante qui nous éclaire sous chaque mot en faisant vibrer les cordes de l’âme, de l’esprit et du corps !

Françoise Urban-Menninger



Et si vous restiez avec nous, il y a tant de choses à lire

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL