Jorge Luis Borges
Abdeljelil Ataffi
Jérôme Garcin
Fraj Ben Romdhane
Toni Morrison
Yves Clavaron
Lionel-Edouard Martin
Julia Deck
Noam Chomsky
René Char

19 ans !




Accueil > LITTERATURE > Au fond de la poche droite - Yannis Makridakis

Au fond de la poche droite - Yannis Makridakis

Traduit du grec par Monique Lyrhans

mercredi 19 septembre 2018 par penvins

Pour imprimer


On se souvient de la Chute de Constantia où Makridakis désamorçait de page en page avec humour la tension entre le gendre et la belle-mère en même temps que la rivalité greco-turque. Cette fois, s’il ne manque pas, l’humour cède la place à la tendresse humaine pour contrebalancer la rigueur monastique dont Vassilis/Vikentios se détache imperceptiblement. Makridakis qui se définit agriculteur pourrait bien avoir choisi le paysan Markos pour le représenter, celui qui avait offert au moine une petite chienne pour lui tenir compagnie, le passeur d’humanité, celui qui vous fait comprendre qu’avant tout, avant la religion, ses rites et ses croyances nous avons besoin de nous rattacher au vivant, que la mort d’un chiot pour un homme fut-il devenu moine est tout aussi sinon plus importante que celle de l’archevêque d’Athènes.

Sans jamais décrier la religion, en faisant sentir combien elle fait partie de la culture grecque, mais en montrant aussi les humaines ambitions des religieux, Makridakis plaide pour un lâcher prise et une redécouverte de ce qui est essentiel à l’homme.

On aura remarqué que le monastère est en ruine, que petit à petit les vieux moines sont morts sans que de jeunes moines viennent les remplacer. Vikentios en fait supporter la responsabilité au rigorisme du supérieur. Tout est dit. Ainsi l’auteur peut-il à la fois célébrer la beauté du monde, ce n’est pas un hasard si la toute dernière phrase du roman est : « Tout était beau » mais aussi s’en prendre à « l’odeur fétide de la vie sociale ».

En ne retenant que la trame du roman on aurait pu y lire l’histoire d’un misanthrope qui préfère la compagnie de son chien à celle des hommes et c’est tout le contraire que nous donne à voir ce récit touchant, l’histoire d’un homme qui délaisse les conventions sociales - y compris cléricales - pour la beauté de la vie. Non pas un retrait du monde, mais une réappropriation de ce qui en fait la richesse.

Lisez ce court roman tout plein de tendresse, vous serez pris au piège d’une écriture grecque et d’un récit parfaitement maîtrisé, vous ne le regretterez pas.



Livres du même auteur
et autres lectures...

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


©e-litterature.net - ACCUEIL