Amélie Nothomb
Franck Bouysse
Tristan Corbière
Dido Sotiriou
Daniel Cohen
François Cheng
Jacques Ferrandez
Jorge Semprun
Chantal Robillard
 Nimrod

20 ans !




Accueil > CINEMA > Le vieux jardin, Im Sang-Soo, Corée du Sud, 2006

Le vieux jardin, Im Sang-Soo, Corée du Sud, 2006
dimanche 2 mars 2008 par Salim Mokaddem

Pour imprimer


La Corée du Sud nous habitue à un cinéma, depuis celui d’Im Kwan Taek, très poétique et symbolique. Avec le réalisateur confirmé qu’est Im Sang-Soo, le cinéma coréen sort de sa phase métaphorique pour devenir plus existentielle et plus proche des événements historiques les plus tragiquement contemporains. Les contestations étudiantes et les répressions qui ont suivi, après un terrible coup d’Etat, sont à l’image d’un pays et de son histoire : divisée, silencieuse, bafouée et en même temps, rebelle à tout enfermement facile, la Corée du Sud demeure soumise à des impératifs sociaux, économiques, culturels, politiques, très difficiles à supporter.

Deux étudiants, aux destins croisés et aux âmes si différentes, vivent une histoire d’amour brève, intense, à l’image de la liberté confisquée d’un pays trop souvent soumis par la force à des logiques aliénantes. O Hyônu, étudiant lettré, poète, fortement engagé politiquement du côté d’un maoïsme rêvé et la future peintre Han Yunhi, étudiante appliquée et presque désincarnée par un purisme esthétique, se rencontrent, s’aiment, et vivent, le temps d’une saison, une passion forte qui marquera leur vie entière. Leur amour clandestin donnera naissance à une fille qui aura le double malheur de perdre sa mère, atteinte d’un cancer, et, de ne pas connaître son père, qui purge une longue peine de prison pour activisme politique. A sa sortie, l’opposant politique replonge dans le passé, à la recherche de celle qu’il aime toujours, de sa famille affective, sociale et politique. Il lit les textes intimes de son aimée disparue, entre temps devenue professeur dans le secondaire. Il apprend à regarder ses toiles, ses dessins, sa vie. Jusqu’à douter du choix qui fut le sien jadis et qui est à l’origine de ses échecs : fallait-il laisser tout engagement politique pour libérer l’avenir ou vivre replié sur et avec ceux qu’on aime ? Doit-on vivre ses passions pour son idéal politique, ou, plus sûr et plus immédiat, renoncer à transformer l’histoire des hommes pour jouir d’un bonheur plus prosaïque et humain ?

Autrement dit, ce beau film pose le dilemme suivant, qui est encore le nôtre : ou bien se satisfaire du bonheur humain dans un monde inhumain, ou bien, être libre et entier au risque de perdre sa vie et ses amours ? La politique sans amour est aussi impossible que l’amour sans la liberté des amants. Magnifique fresque romantique des incertitudes affectives, ce film porte en lui une vérité universelle et bien réelle.

Salim Mokaddem

Copyright e-litterature.net
toute reproduction ne peut se faire sans l'autorisation de l'auteur de la Note ET lien avec Exigence: Littérature

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?