Récemment lus :

Yasmina Khadra
Régis Debray
Dominique de Villepin
Antoine George
Jean-Marie Rouart
Pablo Neruda
Ohran Pamuk
Georges Séféris
E.M. Forster
Anne Bourrel

17 ans !

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      NOUS
      Recommander
      Mon Libraire
     
Exigence: Litterature Concours Toutes les annonces de cette rubrique

Passer une annonce dans cette rubrique

Communiqué Ulysses Award


Communiqué de presse, jeudi 3 novembre

Lauréat du Lettre Ulysses Award 2005, prix mondial du reportage littéraire



Le jury international du Lettre Ulysses Award, le seul prix au monde récompensant l’art du reportage, a annoncé, lors de la soirée du 15 octobre 2005 à Berlin, les lauréats de cette année.



Le premier prix, doté d’un trophée créé par l’artiste berlinois Jakob Mattner et de 50 000 euros, a été décerné à :



Alexandra Fuller (Grande-Bretagne) pour son livre Scribbling the Cat. Travels with an African Soldier, Penguin Press, New York, 2004. La Britannique Alexandra Fuller, ayant grandi au Zimbabwe (anciennement Rhodésie du Sud) et se considèrant elle-même comme une “Africaine blanche”, décrit dans son ouvrage le voyage qu’elle effectue en Afrique de l’Est sur les différents lieux de combats, du Zambie au Mozambique en passant par le Zimbabwe, aux côtés d’un vétéran de la guerre. En arrière-plan de ce reportage se donne à lire le destin de ces “tribus blanches” de l’Afrique, qui se sont trouvées du mauvais côté de l’Histoire. Le texte, au ton très personnel, est à la fois une analyse des stigmates laissés par la guerre, d’un point de vue social et psychologique, ainsi qu’un voyage au plus profond du cœur et de l’âme du “soldat universel”. Alexandra Fuller au sujet de son texte : “Beaucoup de choses ont écrites sur la guerre, mais trop peu de choses honnêtes, et encore moins de choses sur ceux qui se sont battus et qui ont été vaincus, et qui doivent surmonter seuls les blessures psychiques et physiques de la guerre. Je hais la guerre, mais je ne peux pas haïr les soldats qui ont le devoir de combattre. Pour rendre cette guerre légitime, on distille aussi du mensonge à celui à qui l’on met l’arme entre les mains. Après la guerre, alors que les hommes politiques connaissent la paix depuis longtemps, les soldats demeurent perturbés par les horreurs de la guerre et ce sont eux qui doivent apprendre à vivre avec cette expérience traumatisante.”



Le deuxième prix (30 000 euros) a été attribué à :



Abdellah Hammoudi (Maroc) : Une saison à la Mecque. Récit de pèlerinage, Seuil, Paris, 2004. L’anthropologue marocain, Abdellah Hammoudi, enseignant à Princeton, décide d’effectuer, à l’âge de 50 ans, le pèlerinage à la Mecque, avec pour intention, d’une part de décrire le rite central de l’Islam d’un point de vue ethnographique et, d’autre part, malgré sa propre compréhension de musulman laïque, d’en reconnaître la dimension spirituelle et personnelle. Une saison à la Mecque est à la fois le récit d’un voyage et l’étude d’une communauté dont tous les pans sont historiquement, socialement, économiquement et psychologiquement liés au Hadj.



Le troisième prix (20 000 euros) a récompensé :



Riverbend (Irak) : Baghdad Burning. Girl Blog from Iraq, The Feminist Press at the City University of New York, New York, 2005 & Marion Boyars Publishers, Londres, 2005. Riverbend est une jeune Irakienne qui tient, sous ce pseudonyme, un journal en anglais sur Internet. Son don rare d’observation, son intelligence et ses grandes qualités d’expression font de son récit de la vie d’une famille irakienne moyenne, publié sous forme de livre intitulé Baghdad Burning, un document critique unique sur le fait de vivre dans un pays exsangue, en état de guerre et occupé par l’armée américaine.



Les finalistes suivants ont reçu un prix d’honneur consistant en un séjour de travail à Berlin (offert par le Goethe-Institut) et une montre, faite main, de la marque Nomos.



Ce sont :

Carolin Emcke (Allemagne): Von den Kriegen. Briefe an Freunde, S. Fischer, Francfort sur Main, 2004 [Of Wars. Letters to Friends]. Carolin Emcke, reporter au Spiegel, écrit dans Von den Kriegen. Briefe an Freunde sur son travail en tant que correspondante de guerre et de pays en état de crise dans divers endroits de la Terre. Son ton, à la fois personnel et pertinent, nous fait saisir de plein fouet toute la dimension de ce métier côtoyant autant d’horreurs que de défis. Ses diagnostics de l’état du monde permettent de rendre compte de façon tangible du quotidien et de l’univers intérieur d’une journaliste.



William Langewiesche (USA) : The Outlaw Sea. A World of Freedom, Chaos, and Crime, North Point Press, New York, 2004. Publié également sous le titre The Outlaw Sea. Chaos and Crime on the World’s Oceans par Granta Books, Londres, 2005. Le reporter américain William Langewiesche explore dans son livre, The Outlaw Sea, l’état de non-loi et l’anarchie régnant dans le monde océanique. Ses histoires fascinantes nous racontent les naufrages de bateaux, les pirates des mers, le chaos pour mettre sur pied des lois internationales maritimes, le conflit entre la recherche de profit des compagnies de transports maritimes et les nécessités écologiques, aussi bien que la destruction de paquebots devenus superflus.



Suketu Mehta (Inde) : Maximum City. Bombay Lost and Found, Alfred A. Knopf, New York, 2004. L’écrivain indien Suketu Mehta décide, après des années passées à New York, de retourner à Bombay, ville de son enfance. Maximum City – Bombay Lost and Found, portrait kaléidoscopique de la mégalopole indienne, décrit l’art de survivre au milieu du chaos urbain. L’auteur suit les parcours d’émigrés ruraux et d’enfants des rues, de gangsters et de policiers, de stars de cinéma et de travestis, de marchands de diamants et des candidats à la rédemption. Son livre décrit les horreurs et les miracles de cette ville tentaculaire, entre archaïsme et modernité.



Ricardo Uceda (Pérou) : Muerte en el pentagonito. Los cementerios secretos del Ejército Peruano, Editorial Planeta, Bogotá, 2004 [Death in the Little Pentagon. The Secret Killing Fields of the Peruvian Army]. Le journaliste péruvien Ricardo Uceda nous plonge dans l’histoire récente du Pérou toujours refoulée et enquête sur l’histoire peu connue de l’armée péruvienne. Muerte en el Pentagoníto est un travail de recherche, étayé de nombreux témoignages, sur la guerre sale entre l’organisation révolutionnaire de la guérilla, le Sentier Lumineux, et l’armée péruvienne au début des années 80. Grâce à ses révélations inouïes, le livre représente l’une des nombreuses tentatives entreprises par différents pays d’Amérique du Sud pour reconstruire les dernières décennies de leur histoire d’un point de vue critique.



Des extraits des textes en lice sont publiés en allemand dans le numéro actuel de Lettre International (n° 70).



Les lauréats ont été annoncés le samedi 15 octobre, lors d’une soirée de gala rassemblant 500 invités internationaux du monde de la littérature, de l’art, de la culture, des médias, de la politique et de la diplomatie (dont treize ambassadeurs). L’invité d’honneur de la soirée, l’écrivain suédois Sven Lindqvist, parla dans son discours, intitulé “The Power of Truth”, de l’éthique, de la responsabilité et de l’influence de l’art du reportage, en s’appuyant sur l’histoire de la guerre coloniale en Afrique. L’écrivain sud-africain, Breyten Breytenbach, et la porte-parole du jury, Isabel Hilton, ont tous deux été les maîtres de cérémonie de cette soirée.





Le prix Lettre Ulysses Award, décerné chaque année, a été créé en 2003 par la revue culturelle Lettre International, en partenariat avec l’Aventis Foundation. Le Goethe-Institut est également partenaire du projet.



En tout sont attribués trois prix d’une valeur globale de 100 000 euros, ainsi que des séjours de travail à Berlin et autres prix. L’objectif du prix est d’attirer l’attention du public du monde entier sur ce genre véritable qu’est le reportage littéraire, ainsi que de soutenir matériellement et éthiquement les auteurs qui pratiquent cet art.



Les membres du jury représentent neuf des espaces linguistiques mondiaux, garantissant ainsi la prise en compte d’un large champ de perception linguistique et culturel.

Les membres du jury 2005 étaient : Svetlana Alexievitch (Biélorussie), Gamal Al Ghitany (Égypte), Mark Danner (USA), Isabel Hilton (Grande-Bretagne), Lung Yingtai (Taiwan), Pankaj Mishra (Inde), Anne Nivat (France), Sergio Ramírez (Nicaragua), Pedro Rosa Mendes (Portugal), Ilija Trojanow (Allemagne).



Plus d’informations sur le prix et son concept, le jury et les textes sélectionnés se trouvent sur notre site : www.lettre-ulysses-award.org





Contact

Fondation Lettre International Award

Frank Berberich, Esther Gallodoro

Elisabethhof Portal 3B, Erkelenzdamm 59/61, D - 10999 Berlin, Allemagne

Tél. : +49 (0) 30-30 87 04 –52/ –61, Fax : +49 (0) 30-283 31 28,

E-mail : lettre@lettre.de

www.lettre-ulysses-award.org