Récemment lus :

Yasmina Khadra
Régis Debray
Dominique de Villepin
Antoine George
Jean-Marie Rouart
Pablo Neruda
Ohran Pamuk
Georges Séféris
E.M. Forster
Anne Bourrel

17 ans !

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      NOUS
      Recommander
      Mon Libraire
     
Exigence: Litterature Publications Toutes les annonces de cette rubrique

Passer une annonce dans cette rubrique

La Lettre du Réalgar - Mars 2018


La Lettre du Réalgar - Mars 2018

Paraîtra le 15 mars
Terminus Schengen
d'Emmanuel Ruben

Quelques mots de présentation par Lionel Bourg :
"C'est bien parce que le poème s'avère seul capable d'intégrer l'expression la plus subjective à l'exigence d'une pensée qui, jamais, ne se contentera « d'interpréter le monde », qu'Emmanuel Ruben n'a pas récusé la voix dont, toujours, essayiste, romancier, il écoute l'accent, disant ainsi très haut l'abjection d'une Europe en proie à des
démons surgis des culs-de-basse-fosse de sa longue histoire.
Terminus Schengen... Une telle errance, une aussi tragique pérégrination au bout de la honte comme de la détresse ne rend dès lors pas exclusivement compte du destin des « migrants » mais, haletante, escortée de cris, de murmures, contraint quiconque veut en parler à la dignité du chant. Le reste est affaire d'urgence. De crimes et de cynisme. De trains, de camions ou de piétinements. De mains lavées dans un seau où brillent les étranges reflets des étoiles que l'on cousait il n'y a pas si longtemps aux vêtements des voyageurs."

Un extrait :

« Mais où sont-elles ces racines et ces souches que vous avez toujours
à la bouche ?
vous ne savez faire qu'une chose : couper, trancher, délimiter
vous avez réduit vos paroles à ce gazouillis d'un homme face à son
écran
vous revendiquez tout le temps vos racines mais en réalité vous parlez
aujourd'hui la langue de vos machines
et vous n'avez pas plus de racines que nous
et vous n'êtes pas moins nomades que nous, vous qui vivez toujours
entre deux trains et deux avions, peuple des pas perdus et des tarmacs,
peuple des bretelles des échangeurs et des ronds-points
et de cette grande affaire humaine dont on nous hache la forêt
— le peuple européen, il ne nous reste plus rien
que le tronc décharné
d'un peuplier
et l'écorce lacérée sur laquelle nous pourrons graver
les premières figures
d'un alphabet futur.»



http://www.e-litterature.net/publier3/spip/IMG/pdf/realgar.pdf