Récemment lus :

Fernando Pessoa
Albert Strickler
Dominique de Villepin
Elodie Lélu
Octavio Paz
Victor Serge
Grégoire Bouillier
André Brink
Mahmoud Darwich
René Char

17 ans !

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      Lettre d'info
      Recommander
      Mon Libraire
     
Exigence: Litterature Edition

Toutes les annonces de cette rubrique
Passer une annonce dans cette rubrique


LE PAYS D'OÙ L'ON NE REVIENT JAMAIS


Parution le 15 mars 2018 de LE PAYS D'OÙ L'ON NE REVIENT JAMAIS de Julien Thèves.

Présentation :

Avec son histoire, Julien Thèves nous amène là où vivent nos souvenirs : dans les entrailles de l'enfance. C'est le pays d'où l'on ne part jamais, même si l'on s'évertue à essayer de le faire, même si l'on a l'illusion de l'avoir fait.

Fin des années 70, le protagoniste s'installe sur la côte basque avec ses parents et son frère. C’est un endroit idéal pour les enfants, entre le village et la ville, ils sont heureux, ils jouent avec leurs voisins, avec leurs voisines, dans un quartier parfait. Il y a les montagnes, il y a l'océan, il y a la plage où les parents, encore plein de désirs de jeunesse, se baignent nus pendant que les enfants sont à l’école.

Le temps passe. Le cocon idéal se disloque. Alors, il faudra quitter la ville. C'est d'abord le lycée avant le grand départ.

On suit le protagoniste désormais parisien, il revoit la ville qui l’a vu grandir et constate qu'elle a changé. Évolution de la ville, évolution des gens qui y vivent, y ont vécu, la ville s'embellit, les gens deviennent moches. Il voit les voisins que le temps n’a pas épargné, il voit la voisine devenue grosse et traînant dans un bar non loin de la frontière.

Fuir la ville du malheur pour y revenir apaiser et la trouver belle, car elle a mûri, elle est presque parfaite aujourd’hui. Y revenir, c’est oublier le centre du malheur, comment les murs suintaient la peur, combien l’avenir était loin, comment la capitale pouvait être le lieu où l’on s’extirperait du malheur. Y revenir, c’est profiter pleinement de la beauté du site, connaître le moindre recoin, faire de cette ville un rêve photographique, vivre des sensations élargies.

Le Pays d'où l'on ne revient jamais est né de la beauté d'un paysage d'enfance.

Plus d'informations sur : http://www.christophelucquinediteur.fr/le-pays/

Librairie Bookstore (Biarritz), Aurélia Barrera
« Le Pays d'où l'on ne revient jamais de Julien Thèves ne sort que le 15 mars, mais puisque le texte est tout frais dans ma tête je m'autorise à en parler maintenant. C'est un doux texte, enfin, un texte dur et doux à la fois. C'est comme un album de cartes postales qui nous fait voyager dans le dernier tiers du XXème siècle. C'est un texte qui aura un goût encore plus touchant pour ceux qui sont du coin décrit. Je suis de ceux-là. Ce sont des mots qui racontent le beau et le moins beau de l'enfance, les douleurs, les joies, la difficulté de se construire aussi parfois. C'est la photographie d'une époque. C'est un livre qui part d'un paysage mais qui parle d'identité. C'est un texte bouleversant aussi, mélancolique. »

http://www.christophelucquinediteur.fr/le-pays/