Récemment lus :

Anne Bourrel
Ossip Mandelstam
Laurine Roux
Dominique de Villepin
Perrine Le Querrec
Chantal Robillard
Jérôme Garcin
Maria Efstathiadi
Philippe Nadouce
Gaël Faye

17 ans !

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      NOUS
      Recommander
      Mon Libraire
     
Exigence: Litterature Publications Toutes les annonces de cette rubrique

Passer une annonce dans cette rubrique

La Maladie -Emilio Siarrino




Parution le 24 septembre
« Il est des moments particuliers dans la transition entre deux saisons où le temps semble procéder à l’envers : ainsi, en automne, le ciel, au lieu de virer vers le gris blanc inexpressif de l’hiver, se teint trompeusement d’un bleu d’été. Le matin brumeux annonce la pluie, puis laisse place à un ciel clair, déchiré par la grêle, nappé par des bancs de nuages blancs. Le soir apporte à nouveau une douceur surprenante, et c’est la nuit, comme un goût d’hiver déjà. »

Un livre choisi par un jury composés de libraires
« La maladie est un roman magnifique qui réussit le défi de s’ancrer dans une réalité et un contexte tout en touchant à l’universel. Il y est surtout question d’amour, le pur, le sincère, le véritable, et de ce que l’on est prêt à faire pour la personne aimée. » — Librairie Page et Plume (Limoges) - Aurélie Janssens

« La maladie est un roman très beau. Même si le sujet est précis il confine à l’universel. L’écriture est juste, sobre et poétique en même temps. » — Cultura (Chambray-Lès-Tours) - David Goulois

« Un premier roman déroutant qui nous parle de la maladie, douleur universelle... Lecture intense et intimiste, ce livre me hante encore... » — Librairie Le Verdun (Montréal, Canada) - Caroline Le Gal

« Emilio Sciarrino livre un très beau premier roman. Dans un style précis et poétique, La maladie questionne l'intime, et laisse une empreinte pleine de force et de mélancolie. » — Cultura (Tours) — Marie-Emmeline Vanel