Récemment lus :

Christine Angot
Agnès Desarthe
Philippe Annocque
Jean Marie Gustave Le Clezio
Alain Mabanckou
Yannis Makridakis
Yasmina Khadra
Amélie Nothomb
Daniel Cohen
Nikos Kavvadias

18 ans !

Exigence: Litterature
      ACCUEIL
      Rechercher
      Anciens éditos
      Réagir
      La théorie
      Vos Textes
      Bibliographies
      Concours et Prix
      Manifestations
      Vos publications
      Espace Critiques
      Livres en ligne
      Devenez Critique
      Liens
      NOUS
      Recommander
      Mon Libraire
     
Exigence: Litterature Concours Toutes les annonces de cette rubrique

Passer une annonce dans cette rubrique

Le Pan poétique des muses


Le Pan poétique des muses Appels à contribution


Date limite : 30 avril 2013


I- Dossier et poèmes pour le thème majeur


Jardins d’écritures au féminin



Suzanne Prou dans son merveilleux petit livre Le Cygne de Fanny, paru au Mercure de France (en 1980), nous rappelait que « le mot jardin est chargé de poésie », elle ajoutait : « Sa sonorité est pleine de charme, et son graphisme élégant : le J qui se dresse à son commencement ressemble aux grands jets d’eau sveltes parmi les marbres chers à Verlaine. ».

C’est bien pour cette raison que nombre de poètes ont choisi pour cadre un jardin afin d’y restituer leurs états d’âme, autrement dit y transcrire l’ombre et la lumière de leur jardin intérieur. On pense d’emblée au traité d’esthétique écrit en 637 par le poète persan Sadi de Chiraz, au Jardin des racines grecques, à celui des racines latines, aux jardins suspendus de Babylone, aux écrits de Delille, aux poèmes de Katherine Mansfield, aux Enfantines de Valéry Larbaud, au Cahier de Pivoines de Maximine, aux Géorgiques de Virgile où apparaît l’image de la muse qui deviendra ici et là l’image intemporelle de la femme-fleur.…

À vrai dire, du Jardin des supplices au Jardin des Délices, le jardin nous ouvre ses allées où poèmes, chansons, récits, peintures, musiques n’ont de cesse d’exhaler ces fleurs du désir parfois vénéneuses dont Baudelaire nous disait aussi qu’elles étaient Les fleurs du mal. Car si les jardins cultivent en nous notre lumière intérieure et n’ont de cesse de nous éclairer, ils nous permettent aussi d’appréhender, voire d’apprivoiser, notre mort. Dans les jardins de l’Écriture, selon la Bible, toute l’aventure humaine aurait commencé au jardin d’Éden mais c’est au jardin des Oliviers que Jésus abordera la réalité de sa mort.



Les jardins font partie intégrale de l'histoire littéraire et philosophique comme ceux de l'école d'Épicure et des écrits de George Sand. Mais les jardins d'écritures chez les femmes apparaissent dernièrement comme des oasis poétiques où les possibilités de renverser le destin sont palpables. Rien d'étonnant en ces temps de crise de constater ce retour à la nature et au jardin qui renvoient à l'origine, à nos origines. Des milliers de livres sur le jardinage, la vertu des plantes, la recherche de légumes oubliés nous renvoient à un art de vivre et à une philosophie qui fait signe à notre âme végétale. N'est-ce pas une preuve, s'il en fallait une, de la nostalgie du jardin d'Éden, de son manque et peut-être aussi la découverte que nos émotions de l'enfance sont souvent liées à des jardins où reviennent, dans les allées du temps, les images des êtres chers aujourd'hui disparus ?



Le Pan poétique des muses prépare dès à présent la parution de son numéro 3 sur des Jardins d'écritures au féminin et accueillera sur ce thème choisi : poèmes, nouvelles, articles, illustrations...

Alors dès à présent, à vos écrits !
Françoise Urban-Menninger




II- Contribuer aux dossier et poèmes permanents de la revue


Muses & Poètes
Poésie, Femmes & Genre


Depuis l'émergence du champ de recherche de la poésie des femmes à la fin du XXe siècle, les études et les anthologies se succèdent. Notre revue s'inscrit dans cette démarche tout en élargissant les frontières qui la déterminent.

La revue Le Pan poétique des muses se voue à la poésie des femmes comme aux autres formes de leur existence en poésie et elle y inclut le genre. Vous êtes donc invité(e)s à prendre part à cette manifestation et vous avez carte blanche pour votre contribution en articles, notes de lecture, comptes-rendus, fragments, textes théoriques peu connus et poèmes de vous ou de nos aïeules (par votre intermédiaire). Merci d'envoyer votre contribution au plus tard le 30 avril 2013. Cet appel à contribution comme cela est indiqué plus haut est permanent, il se renouvelle donc au lancement de chaque numéro de la revue.


Responsable scientifique

Françoise Urban-Menninger



Consignes à respecter


Prénom, nom, nom de plume, adresse postale et profession. Biobibliographie (de dix lignes). Pièces jointes acceptées : en format Word (pour les textes) et JPEG (pour les illustrations, dessins et annonces), police Book Antiqua, taille 12, interligne double, justifier, notes de fin. Merci d'envoyer une contribution (qui ne dépasse pas la longueur de vingt-cinq mille caractères (espaces compris)) à l'adresse électronique suivante : jardins@pandesmuses.fr. La revue accepte de publier des textes et des poèmes déjà parus.*

*Voir aussi : http://www.fabula.org/actualites/jardins-d-ecritures-au-feminin_52712.php





http://www.pandesmuses.fr/pages/Contribuer-7565035.html